voir aussi : fiche * Anthropocène (p. 64) … pour analyser cette nouvelle cosmographie, nous étudierons les […]

l’événement Anthropocène * livre



 

voir aussi : fiche * Anthropocène

(p. 64)
… pour analyser cette nouvelle cosmographie, nous étudierons les textes les plus cités des scientifiques, historiens et philosophes qui ont introduit et discuté la notion d’Anthropocène dans les arènes internationales. [note 66]

> les « anthropocénologues » [note 66]
> les collapsologues

  • Paul Crutzen, article publié en 2002 dans Nature
    > Paul J. Crutzen, « Geology of mankind », Nature, vol. 415, 3 janv. 2002, p. 23
  • Will Steffen & Paul Crutzen + 2 historiens Jacques Grinevald & John R. McNeill, article 2011 dans l’organe de la Royal Society britannique
    > Will Steffen et al., « The Anthropocene : Conceptual and historical perspectives », Philosophical Transactions of the Royal Society A, vol. 369, n° 1938, 2011, 842-867
    > dans RiLi n° 16 (mars-avril 2010), traduction d’un article de John R. McNeill, « La fin du monde est-elle vraiment pour demain ? » (à propos de Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie)
  • Will Steffen & Paul Crutzen + géologue Jan Zalasiewicz, article programmatique sur le pilotage de la planète dans la revue Ambio
    > Will Steffen et al., « The Anthropocene : From global change to planetary stewardship », Ambio, 40, 2011, 739-761
  • Johan Rockström, le spécialiste des ‘approches système’ et directeur du fameux Resilience Centre à Stockholm
    > Johan Rockström et al., « Planetary boundaries : Exploring the safe operating space for humanity », Ecology and Society, 14(2), 2009, 1-33
    > Johan Rockström et al., « A safe operating space for humanity », Nature, 461, 24 sept. 2009, 472-475
  • ainsi que le climatologue américain James Hansen ou encore Robert Costanza, l’écologue qui calcula en 1997 la valeur monétaire des services rendus par la biosphère.
  • Pablo Servigne et Raphaël Stevens, « Penser l’effondrement »
  • Yves Cochet

(p. 21)
… Un article paru en juin 2012 dans la revue Nature indique que, même dans un scénario optimiste, 12 à 39% de la surface du globe connaîtrait à la fin du XXIe siècle des conditions climatiques auxquelles les organismes vivants actuels n’ont encore jamais été confrontés. [note 8]

  • Anthony D. Barnosky et al., « Approaching a state shift in Earth’s Biosphere », Nature, vol. 486, 7 juin 2012, 52-58

(18.02.18, recherche Google)

article, à paraître en oct. 2018 version intégrale :

Capture d'écran, article de collapsologie



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.